A Window Of Opportunity In Arts Programming

***français suit


Over the past year, the CCYP has grown tenfold. From new partnerships and programs to our Youth Council and Fellowships. Get ready for the next level of our 21 Questions for 2021 series! Throughout February, we will be introducing you to our fellows who have graciously found time to put aside their research to share a bit about themselves and their work with you. Tune in weekly, you just might learn something new.


What's your name?

My name is Henrick “Shoolie” Sales


What are three words that you would use to describe yourself?

  1. Creative - I love coming up with creative ideas. It stems from my background in being a Spoken word artist and someone who studies creative advertising.

  2. Determined - When I set my mind to something I dedicate myself to achieving it. I am the type of person that enjoys working towards seeing results.

  3. Comical - When I feel secure in a team I bring a fun energy that brings a unique energy to a team dynamic.

What is your most played song right now?

Location Unknown by Honne


What is your educational background?

I went to Seneca for Creative Advertising.


Can you speak about your advocacy work/project?

I want to be a better advocate for youth workforce development and youth in the work place. I aim to provide youth with the opportunity to not only explore the arts but gain valuable experiences that transfer over to their professional career. My current advocacy project explores the unconventional ways in which one may gain relevant experience that helps them get into the workforce. I want to specifically look into the arts and non-profit work.


What sparked your passion for it?

One of the issues that I’ve come across in doing arts programming is that youth are really interested in gaining work experience very early on and there is a struggle in where they could get the proper job experiences or opportunities.


Why do you think this is important in the Canadian context?

This is important because as Canadians transition over to more STEM based jobs and the big shift to a more online work environment due to COVID-19 there is going to be a greater need for empathy development and human skills which can be gained through the arts and non-profit work.


What does opportunity look like within your advocacy work?

The opportunity in my advocacy work is looking into the benefits of pursuing and doing work in the arts or non-profit work and turning those experiences into relevant skills that can make the youth of today better and stronger candidates for the workplace of the future.


How can other Canadian youth get involved?

Other Canadian youth can get involved by educating themselves and learning how doing these types of work can benefit their future and that there are other ways of gaining valuable experience apart from the traditional method of schooling.


About the CCYP Fellowship Program:


What made you want to get involved in the CCYP Fellowship Program?

I found the opportunity through an email and was interested in the possibility of giving youth the chance to be involved in the arts but also providing them with an opportunity to build their portfolio to gain employment by being involved in the programming that I do within the community of Agincourt.


What do you hope to bring to the CCYP Fellowship Program?

I’m hoping to bring my experience as a program coordinator in Scarborough. My work focuses on creating creative programming that enables youth to explore and use storytelling to share their experiences and stories.


What professional relationships are you hoping to establish?

I am hoping to better build my network and further develop the programming that I do in the hopes that it also gives youth the opportunity to expand their work portfolio. I would like to build relationships with people who are connected with funders who are interested in the arts and non-profit. I also believe that it would be beneficial to learn from entrepreneurs and self-starters in the industry.


What do you hope to accomplish during your fellowship? What does impact mean to you?

I am hoping to combine my research here, at CCYP, and experience within the arts industry to give youth better job opportunities and resources for their future. Impact means giving youth a more tangible way to gain employment through their work and involvement within non-profit and arts organizations.


Interests/Personal Life:


Can you share with us an organization or program that you think others in youth workforce development/employment should be made aware of?

SLYE youth network believes in a world where all young people are socially and economically included in matters that affect their lives. They are a program in Scarborough that helps youth organizations in the area be better involved in the lives of young people and other organizations that have the same goals.


Which of your previous work/volunteer experiences had the most impact on your current advocacy work?

My work with Stay Golden - which is a grassroots initiative empowering youth to share their stories through the arts by means of educational workshops, public speaking and storytelling. Stay Golden is a youth-led initiative that uses the art of spoken word poetry to connect members of the communities it serves.


How has that impacted the person you are today?

Stay Golden has given me the opportunity to work with youth directly and understand their needs and worries for their future. Through storytelling they are able to express these needs in a safe environment. These stories provide an honest look into their lives.


Recognizing the importance of building a community network, how has mentorship supported you throughout your professional development thus far?

Mentorship has helped me in multiple ways 1) skill-building which has helped me in the work that I do and be more effective in the creation of programs, workshops and in securing funding. It has also helped me in 2) career development and how I could use my diverse experiences and skills in finding the opportunities that match my current skill set and how I can work towards being able to do what I love on a full-time basis.


Who is an individual/figure that you look up to?

Michael “Piecez” Prosserman is someone who I look up to very much. He is the founder of UNITY charity. I look up to him because he took his passion and turned it into a community that changes the lives of young people. I am one of the youth that has had a significant impact on their life and it has helped me navigate what I wanted to do as an individual for my own community.


What is the best piece of advice you’ve ever received?

Don’t be afraid of failure. I’ve learned to use failure as an opportunity for growth and that the lessons that I learn from failing are just as valuable as the successes.


Can you share three fun facts about yourself?

  1. I stream and play video games over at twitch.tv. I have built a modest community that enjoys hanging out and talking about life and chatting about different topics.

  2. I skateboard in the summer and parkour when the wheels stop moving.

  3. I am the 2011 Grand slam champion for BAM! The Toronto youth poetry slam.


Can you share a goal you have for 2021?

I want to secure funding for a program called “Lost in Translation”. The program aims to explore the racism and challenges that immigrant parents face and how that tension creates a barrier menacing their relationship with their children. This project was inspired by the experiences we’ve had with parents who have actively engaged and supported the youth in Stay Golden’s programs. We saw that immigrant parents were better able to empathize with their children's struggles on a day-to-day basis. One parent described it as “hearing” what their child is saying for the first time. The project we are proposing intends to flip that insight and help youth understand the struggles that immigrant parents have faced in starting a life here in Canada. We hope that through the collection of their parents' oral history, a greater understanding can be formed between parent and child.



Une Fenêtre D'Opportunité Dans La Programmation Artistique


Au cours de la dernière année, le CCRJ a décuplé ses activités. Allant de nouveaux partenariats et programmes jusqu'aux Conseil de la jeunesse et à nos bourses de recherche. Préparez-vous au prochain niveau avec notre série 21 Questions pour 2021 ! Tout au long du mois de février, nous vous présenterons nos collègues qui ont gracieusement trouvé un moment pour mettre de côté leurs recherches afin de partager un peu avec vous qui ils/elles sont et leur travail . Restez à l'écoute chaque semaine, vous pourriez apprendre quelque chose de nouveau.



Quel est votre nom?

Je m'appelle Henrick « Shoolie » Sales


Quels sont les trois mots que vous utiliseriez pour vous décrire?

Créatif, déterminé, amusant


Quelle est la chanson que vous écoutez le plus actuellement?

Localisation Unknown par Honne


Quel est votre parcours scolaire?

J'ai fréquenté Seneca pour étudier publicité créative.


Pouvez-vous parler de votre travail/projet de plaidoyer ?

Je veux être le meilleur défenseur du développement du milieu de travail et de la main-d'œuvre des jeunes, afin de donner aux jeunes l'occasion d'explorer les arts et d'acquérir des expériences précieuses qui se retrouvent dans leur carrière professionnelle. Mon projet de plaidoyer actuel examine des façons non conventionnelles d'acquérir une expérience pertinente pour entrer dans le marché du travail. Je veux me pencher spécifiquement sur les arts et le travail à but non lucratif.


Qu'est-ce qui a suscité ta passion pour cela?

L'un des problèmes que j'ai rencontrés en faisant des programmes artistiques est que les jeunes sont vraiment intéressés très tôt par l'acquisition d'une expérience de travail et qu'il y a des difficultés à trouver des expériences ou des occasions d'emploi appropriées.


Pourquoi pensez-vous que cela est important dans le contexte canadien?

Cela est important parce qu'en transitant vers un plus grand nombre d'emplois fondés sur les STIM et à cause de la grande transition vers un environnement de travail en ligne due à la COVID-19, il va y avoir un plus grand besoin de développement de l'empathie et de compétences humaines qui peuvent être acquises grâce aux arts et au travail sans but lucratif pour les Canadien.ne.s.


À quoi ressemble l'opportunité dans votre travail de plaidoyer?

L'occasion dans mon travail de plaidoyer est d'examiner les avantages de poursuivre et de faire du travail dans les arts ou le travail sans but lucratif et de transformer ces expériences en compétences pertinentes qui peuvent rendre les jeunes d'aujourd'hui meilleur.e.s et plus fort.e.s candidat.e.s pour le milieu de travail de l'avenir.


Comment d'autres jeunes canadiens peuvent-ils s'impliquer?

D'autres jeunes canadien.ne.s peuvent s'impliquer en s'éduquant et en apprenant comment faire ce genre de travail peut leur être profitable dans l'avenir et qu'il existe d'autres façons d'acquérir une expérience précieuse en dehors des méthodes traditionnelle de scolarité.


À propos du Bourse de Recherche du CCRJ:


Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous impliquer dans le Programme des boursières/boursiers du CCRJ?

J'ai entendu parler de l'occasion par un courriel et j'ai été intéressé par la possibilité de donner aux jeunes l'occasion de s'impliquer dans les arts, mais aussi de leur donner la possibilité de construire leur portefeuille pour obtenir un emploi en participant à la programmation que je fais au sein de la communauté d'Agincourt.


Qu'espérez-vous apporter au Programme de bourses de recherche du CCRJ?

J'espère apporter mon expérience en tant que coordonnateur de programme à Scarborough. Mon travail se concentre sur la création d'une programmation créative qui permet aux jeunes d'explorer et d'utiliser la narration pour partager leurs expériences et leurs histoires.


Quelles relations professionnelles espérez-vous établir?

J'espère mieux bâtir mon réseau et développer davantage la programmation que je fais dans l'espoir qu'elle donne également aux jeunes l'occasion d'élargir leur portfolio. J'aimerais établir des relations avec des personnes liées à des bailleurs de fonds qui s'intéressent aux arts et aux organismes sans but lucratif. Je crois également qu'il serait avantageux d'apprendre des entrepreneurs et des démarreurs de l'industrie.


Qu'espérez-vous accomplir au cours de votre programme ? Que signifie impact pour vous?

J'espère combiner mon expérience au sein de l'industrie des arts et offrir aux jeunes de meilleures possibilités d'emploi et de ressources pour leur avenir. Impact signifie donner aux jeunes un moyen plus tangible d'obtenir un emploi grâce à leur travail et à leur participation au sein d'organismes à but non lucratif et artistiques.


Intérêts/Vie personnelle:


Pouvez-vous nous faire part d'un organisme ou d'un programme auquel vous pensez que les autres intervenants du développement de la main-d'oeuvre ou de l'emploi des jeunes devraient être sensibilisés?

Le réseau de jeunes SLYE croit en un monde où tou.te.s les jeunes sont socialement et économiquement inclus.e.s dans les questions qui affectent leur vie. Il s'agit d'un programme à Scarborough qui aide les organisations de jeunes de la région à mieux s'impliquer dans la vie des jeunes et d'autres organismes qui ont les mêmes objectifs.


Laquelle de vos expériences précédentes de travail/bénévolat a eu le plus d'impact sur votre travail aujourd'hui?

Mon travail avec Stay Golden - qui est une initiative communautaire qui permet aux jeunes de partager leurs histoires à travers les arts au moyen d'ateliers éducatifs, de discours en public et de recits narratifs. Stay Golden est une initiative dirigée par des jeunes qui utilise l'art de la poésie spoken word pour relier les membres des communautés qu'il dessert.


Comment cela a-t-il eu un impact sur la personne que vous êtes aujourd'hui?

Stay Golden m'a donné l'occasion de travailler directement avec les jeunes et de comprendre leurs besoins et leurs soucis pour l'avenir. Grâce à la narration, ils/elles sont capables d'exprimer ces besoins dans un environnement sécuritaire. Ces histoires jettent un regard honnête sur leur vie.


Reconnaissant l'importance de construire un réseau communautaire, comment le tutorat vous a-t-il soutenu jusqu'à présent tout au long de votre développement professionnel?

Le mentorat m'a aidé de plusieurs façons 1) le renforcement des compétences qui m'a aidé dans le travail que je fais ainsi qu'à être plus efficace dans la création de programmes, d'ateliers et dans l'obtention de fonds. Il m'a également aidé dans 2) le développement de carrière et comment je pourrais utiliser mes diverses expériences et compétences pour trouver les opportunités qui correspondent à mon profil actuel et comment je peux travailler pour pouvoir faire ce que j'aime à temps plein.


Existe-t-il une personnalité que vous admirez?

Michael « Piecez » Prosserman est quelqu'un que j'admire beaucoup. Il est le fondateur de la charité UNITY. Je l'admire parce qu'il a pris sa passion et l'a transformée en une communauté qui change la vie des jeunes. Je suis l'un des jeunes qui ont eu un impact important sur leur vie et cela m'a aidé à trouver ce que je voulais faire en tant que personne pour ma propre communauté.


Quel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu?

N'ayez pas peur de l'échec. J'ai appris à utiliser l'échec comme une opportunité de croissance et les leçons que j'apprends de l'échec sont aussi précieuses que les succès.


Pouvez-vous partager trois faits amusants sur vous-même?

  1. Je stream et joue à des jeux vidéo sur twitch.tv. J'ai bâti une communauté modeste qui aime traîner et parler de la vie et discuter de différents sujets.

  2. Je fais du skate en été et je fais du parkour quand les roues de mon skate cessent de bouger.

  3. Je suis le champion du Grand chelem 2011 de BAM ! Le slam de poésie des jeunes de Toronto.