Le pouvoir du leadership

des jeunesPar : Munira Al-Amudy, Leader d'opinion, Plan de relance pandémi, #ImpactCOVID

Je n'ai jamais imaginé jusqu'où j'irais, en prenant ce que je pensais être juste un simple travail étudiant.


Mon cheminement avec le Conseil Canadien pour la réussite des jeunes (CCRJ) a commencé en octobre 2020, lorsqu'un ami m'a fait suivre une offre d'emploi. Temps partiel, horaires flexibles, super salaire... le rêve de chaque élève devient réalité ! Après une entrevue de groupe unique et mémorable débattant le contenu d'un parrainage Starbucks au profit d'une communauté hypothétique, j'ai été heureuse de rejoindre l'équipe #ImpactCOVID.


À l'époque, j'étais dans ma dernière année de mon diplôme en urbanisme et je devenais de plus en plus intriguée par les travaux liés aux politiques et à la recherche. Auparavant, j'avais travaillé pour divers organismes à but non lucratif de Toronto à la création ou à l'exécution de programmes sociaux destinés aux jeunes marginalisé.e.s. Le projet #ImpactCOVID m'a offert l'occasion parfaite de combiner à la fois mon expérience et mes nouveaux intérêts, pour soutenir la création d'un plan de relance économique axé et éclairé par les jeunes.


Ce n'est pas un secret pour personne que les jeunes étaient les plus durement touché.e.s par la pandémie. Moi et la plupart des gens que je connaissais avaient perdu des opportunités en raison de la COVID-19 et l'avenir ne se présentait pas sous un meilleur jour. Nous savions que si nous ne nous rétablissions pas, et vite, il n'y aurait plus jamais aucune possibilité de sortir de ce trou.


J'ai eu une expérience tellement stimulante en travaillant avec l'équipe de relance pandémique. De la recherche à l'engagement, à la formation, à l'analyse des données et à la rédaction de rapports - nous avons tout fait ! Les compétences techniques et non techniques que j'ai acquises sont inestimables. Il m'aurait été difficile de recevoir le même niveau d'exposition en travaillant sur n'importe quel autre projet de recherche. En règle générale, les employé.e.s subalternes n'ont pas autant de contrôle ou de responsabilité sur un projet. Je suis tellement reconnaissante d'avoir travaillé avec une équipe incroyablement talentueuse et des gestionnaires qui vous soutiennent.


Travaillant à une telle échelle, il y avait près de 100 membres différents de ce projet réparti.e.s dans tout le pays - et la majorité étaient des jeunes. Même avec tant de composantes en mouvement, la confiance indéfectible que nos gestionnaires avaient en nous a donné celle dont nous avions besoin pour accomplir tout de la meilleure manière.


En tant que jeune qui travaille avec les jeunes et pour les jeunes, j'ai appris que nous ne manquons pas de la capacité à accomplir les choses. C’est plutôt que ceux et celles qui sont plus âgé.e.s que nous, avec plus d'expérience, souvent ne nous font pas confiance. Cependant, l'évolution constante des circonstances avec lesquelles notre génération a grandi, a fait de nous un groupe de personnes extraordinairement résilientes et adaptatives. Il n'y a vraiment aucune tâche que nous ne pouvons pas gérer - il s'agit simplement de convaincre ces personnes représentant l'autorité que nous sommes fiables et capables.


Les produits finaux des projets #ImpactCOVID vont au-delà des mots - il va falloir que vous les lisiez vous-même. ;) Voir mon nom sur un document si légitime qui est utilisé pour faire pression pour l'investissement des jeunes et influencer la politique est vraiment surréaliste !


Le moment le plus incroyable pour sortir de cette expérience qui a vraiment validé l'impact de notre travail a été d'être invitée à parler au ministre Bardish Chagger. J'ai eu l'occasion de partager les recommandations que nous avons formulées à l'une des personnes les plus influentes qui influent sur la jeunesse et les politiques connexes au Canada !


Il s'agit de la première des nombreuses conversations nécessaires pour vraiment aborder les effets écrasants du COVID sur l'avenir des jeunes. Grâce à des efforts de collaboration continus entre des organisations telles que le CCRJ et le gouvernement, nous pouvons rétablir, réparer et révolutionner !


Et ce que je sais, c'est que le travail que nous avons accompli jusqu'à présent n'est que le début. Maintenant, il est temps pour nous de passer à l'action. Cela signifie lire et partager des ressources comme la Trousse à outils pour l'engagement des jeunes et le Plan de relance pandémique pour rester à jour sur les questions, les meilleures mesures à prendre pour y remédier et utiliser ces connaissances pour communiquer avec vos député.e.s pour faire quelque chose à ce sujet ! Nos voix ne peuvent être qu’aussi fortes que les actions qui en découlent. Alors, METTONS-NOUS AU TRAVAIL !