Faire tomber les barrières à l'emploi des jeunes

Par : Natalie Chu, membre du Conseil des jeunes


Dans ce blogue, j'ai parlé aux membres du Conseil des jeunes du CCPJ, Paige Percy et Aman Basra, de leurs expériences et de leurs recommandations pour surmonter les obstacles à l'emploi des jeunes.

Lorsqu'on leur a demandé quels étaient les obstacles à l'emploi des jeunes, la première chose qui est venue à l'esprit de Paige est le transport. Ayant grandi et résidant dans une petite ville de l'Ontario, où l'épicerie la plus proche est à 15 minutes, l'accès aux opportunités et l'acquisition d'une bonne expérience professionnelle sont plus difficiles à obtenir. Paige se souvient d'une offre d'emploi qu'elle a dû refuser parce que le temps et l'argent consacrés au transport l'emportaient sur sa rémunération pour des quarts de travail de 3 à 4 heures. Elle note également que l'accès à Internet n’est pas souvent fiable dans son quartier, ce qui rend le travail à distance plus difficile.

De plus, l'école joue un rôle important dans l'écosystème de la main-d'œuvre des jeunes, car sa proximité avec les jeunes peut contribuer à rendre plus accessibles les programmes, les possibilités et les ressources nécessaires à leur trajectoire professionnelle. Par exemple, en consacrant quelques heures par jour aux déplacements entre l'école et son domicile, Paige a remarqué que si une activité telle qu'un sport, un club ou une société n'est pas proposée à l'école, il lui était plus difficile de la pratiquer. Pour l'avenir, Paige souligne l'importance d'élargir le champ d'action du Canada pour inclure davantage les jeunes des communautés rurales.

Du point de vue de Paige, il suffit d'un peu pour faire en sorte que les opportunités soient plus inclusives pour les jeunes vivant dans les communautés rurales. L'accès et la compensation pour les opportunités doivent être équitables et réalisables pour les jeunes vivant dans les communautés rurales (par exemple, un crédit Uber Eats ne peut pas être utilisable pour tous ceux qui veulent assister à un événement en ligne). Compenser les coûts supplémentaires de transport ou l'utilisation de données lorsque l'accès à Internet n'est pas disponible peut contribuer à inciter les jeunes des communautés rurales à participer à des événements et à des opportunités.

Améliorer l'accès aux opportunités n'implique pas toujours de surmonter un obstacle physique. Il peut également s'agir de combler le déficit de connaissances en informant mieux les jeunes des possibilités de carrière et d'éducation. En tant qu'enfant d'immigrants indiens et première de sa famille à fréquenter l'université, Aman a dû faire face à de nombreuses inconnues et à un manque de mentors pour la guider dans son parcours à suivre, les choix de programmes et les possibilités de stages. Après réflexion, elle a remarqué que pour s'orienter dans une carrière, il ne suffit pas d'être accepté à l'université et de travailler dur, mais que cela dépend aussi des relations que l'on a avec les personnes de l'industrie.

Grâce à sa thèse et à ses expériences, Aman reconnaît l'importance des programmes de mentorat offerts aux jeunes des écoles secondaires et postsecondaires pour faciliter leur transition et leur progression sur le marché du travail. En fait, l'une des meilleures décisions de sa carrière a été de choisir son propre mentor.

En tant que femme et personne de couleur, Aman a constaté que les obstacles à l'emploi des jeunes qui la concernent dans le milieu de travail sont subtils, mais qu'ils s'accumulent au fil du temps d'une manière qui affecte ses expériences. Par exemple, la mauvaise prononciation courante de son nom (Aman se prononce Ah-min), qui l'exclut implicitement des occasions d'être sollicitée ou de s'exprimer. Par conséquent, elle a trouvé très utile de choisir un mentor dans son domaine ayant une identité commune et ayant dû surmonter des obstacles similaires à ceux qu'elle a rencontrés dans le domaine de l'emploi.

Lorsqu'on lui a demandé comment choisir un mentor, Aman a souligné l'importance de choisir quelqu'un qui peut vous donner des conseils pertinents basés sur ses propres expériences et sa trajectoire de carrière. Bien qu'Aman ait admis que le fait de demander à quelqu'un d'être son mentor était très éprouvant au début, elle a expliqué que la personne à qui elle avait demandé de l'aide s'était montrée d'un grand soutien et qu'elles continuaient à avoir des conversations intéressantes jusqu'à ce jour.

Améliorer l'accès aux ressources et donner aux jeunes les moyens de surmonter les obstacles à l'emploi n'est pas seulement quelque chose que Paige et Aman prêchent, mais c'est aussi évident dans leurs actions et leur implication. Actuellement, Paige est ambassadrice du programme STEM for Girls d'IBM, déléguée de la Commission de la condition de la femme des Nations unies pour 2022, et elle prépare sa thèse de maîtrise sur l'impact des accords commerciaux internationaux sur les communautés rurales. Aman a occupé divers postes au sein du gouvernement du Canada en tant qu'analyste des politiques et travaille actuellement au ministère des Finances. Elle a également rédigé et soutenu une thèse de maîtrise sur les obstacles au marché du travail auxquels sont confrontés les jeunes Noirs.

Paige et Aman ont toutes deux mentionné que leur participation au Conseil des jeunes du CCPJ a été inspirée par leur volonté de s'impliquer davantage dans leur communauté et dans les affaires publiques. Grâce aux opportunités qu'ils ont saisies, Paige et Aman se sont retrouvés, officiellement et officieusement, dans des rôles de mentors et de défenseurs des jeunes au Canada.

Lorsqu'on leur a demandé ce qu'ils espéraient de l'avenir de l'écosystème de la main-d'œuvre jeune, Aman a exprimé le désir de faciliter l'intégration au marché du travail pour la prochaine génération de jeunes en uniformisant les règles du jeu sur lesquelles nous naviguons dans nos carrières. Paige espérait que les opportunités pour les jeunes deviendraient plus disponibles et accessibles... Les obstacles à l'emploi des jeunes se présentent sous différentes formes. Il est donc important d'adapter notre approche pour offrir des opportunités accessibles, pertinentes et inclusives aux jeunes du Canada.